Lettre ouverte à la Présidence du PRES de Grenoble

Published on

Edit : apparamment, la lettre n'a pas été reçue, pour etre surs, nous envoyons à nouveau deux lettres avec accusé de reception aux adresses suivantes:

-Direction du PRES

Batiment B Les Taillees

271 rue de la houille blanche

Domaine universitaire

38402 st martin d'heres

-Jean Francois Vaillant

Direction de l'Aménagement Durable

141 rue de la piscine

BP86

38402 st martin d'heres

A l'intention de monsieur Bertrand Girard

Présidence

Bâtiment les Taillées

271 rue de la Houille Blanche

Domaine Universitaire

38402 Saint Martin d'Hères Cedex

------------------------------------------

Les Jardins d'Utopie

chez Solidaires

12 bis rue des trembles

38100 Grenoble

A Saint-Martin-d'Hères

le 25/08/2014,

Objet : Lettre ouverte au président du PRES Université de Grenoble, Monsieur Bertrand Girard

Monsieur,

Depuis 2006, les Jardins d'Utopie font pousser des légumes et des fleurs sur les pelouses du campus de l'Université de Grenoble. Une université est (pour nous) un lieu de création et de transmission de savoirs. C'est dans cette optique que nous menons notre action : expérimentation, prises d'initiatives, réflexions, culture spontanée...

Cette démarche dérange et deux jardiniers ont été envoyés au tribunal administratif pour « occupation abusive et dégradation de l'espace public ». De notre point de vue, cette procédure n'a pas de sens car elle vise arbitrairement deux individus qui portent seuls la responsabilité de huit années d'actions collectives. De plus, assimiler l'entretien d'un jardin potager à une dégradation est un non-sens.

Malgré cela, les deux jardiniers , outre les amendes, ont été condamnés à détruire les jardins ou bien à payer la facture de cette destruction.

Depuis le 9 août, nous campons sur les Jardins d'Utopie, devant la BU Droit-Lettres. Ce campement a pour but premier de nous assurer que les jardins ne soient pas détruits pendant les vacances universitaires. Nous en profitons également pour organiser des ateliers de réflexion, constructions, apprentissages.

La rentrée universitaire approche et vous nous avez proposé le 25/07/2014 d'entamer un cycle de discussion concernant l'avenir des jardins d'Utopie.

Pour que le dialogue puisse avoir lieu dans de bonnes conditions et que le campement puisse être levé sans craintes, nous demandons une promesse publique écrite que les peines prononcées au tribunal administratif ne seront pas appliquées. A savoir : la destruction des deux parcelles historiques et les amendes.

Gros bisous.

Les jardiniers.

Lettre ouverte à la Présidence du PRES de Grenoble
Lettre ouverte à la Présidence du PRES de Grenoble

Comment on this post

Bulldozer 09/13/2014 11:26

Donc si je comprends bien votre "logique", il suffit de qualifier n'importe quel merde, aussi insignifiante soit elle, d'utopie, pour qu'il soit impossible de la détruire.Votre jardin ne produit quasiment rien et ne sert qu'à nourrir une bande hippies. Avec une vraie terre agricole, vous pourriez nourrir beaucoup plus de gens et des vrais gens...
Sérieusement, vous vous croyez important, juste parce que vous faites pousser des carottes sur un coin de terre qui ne vous appartient pas ?